buis


buis

buis [ bɥi ] n. m.
• 1525; bois XIVe; lat. buxus
Arbuste à feuilles persistantes (buxacées), souvent employé en bordures ou taillé en figurines ornementales dans les jardins. Buis bénit : branche de buis qu'on bénit le jour des Rameaux.
Bois jaunâtre, dense et dur de cette plante. Sculpter du buis.

buis nom masculin (ancien français bois, du latin buxus) Arbuste à petites feuilles coriaces et luisantes, rondes, serrées, toujours vertes, des lieux calcaires, servant d'ornement, isolé ou en bordure d'allées, dans les parcs et jardins. (Le bois du buis, très lourd et très dur, d'un beau jaune, aisé à polir, s'emploie couramment en tournerie et en sculpture.) ● buis (expressions) nom masculin (ancien français bois, du latin buxus) Buis bénit, branche de buis qu'on bénit et distribue le jour des Rameaux.

buis
n. m. Arbrisseau toujours vert (Fam. buxacées) dont le bois, jaunâtre, dur et à grain fin, est employé pour le tournage et la sculpture.

⇒BUIS, subst. masc.
A.— BOT. Arbuste ornemental à feuilles persistantes, d'un vert foncé luisant, et à odeur amère. Grand buis, buis nain, bordure de buis :
1. Puis, au bas, un second parterre s'étendait, coupé de buis puissants comme des chênes, d'anciens buis corrects, autrefois taillés en boules, en pyramides, en tours octogonales, aujourd'hui débraillés magnifiquement, avec de grands haillons de verdure sombre dont les trous montraient des bouts de ciel bleu.
ZOLA, La Faute de l'Abbé Mouret, 1875, p. 1351.
RELIG. CATHOL. Branche, rameau de buis (bénit) ou absol. buis. Brin de buis bénit le jour des Rameaux et servant à garnir les crucifix, à jeter de l'eau bénite sur les défunts. Le buis cher aux fidèles (SAINTE-BEUVE, Poésies, 1829, p. 93) :
2. Dimanche des Rameaux. Malgré son prussianisme et son imbécillité, notre curé ne laisse pas d'être prêtre et de solenniser ce jour de façon touchante, avec des ressources misérables. Attendri, je rapporte à la maison un humble bouquet de feuilles de houx, de ramuscules de sapin et de buis bénit. Je me demande ce que pourrait être ce souvenir du dimanche des Palmes au Groenland, s'il y avait là une église catholique.
BLOY, Journal, 1899, p. 311.
3. Une demi-heure plus tard, des bougies brûlaient aux deux extrémités du lit; un rameau de buis trempait ses feuilles sèches dans une soucoupe. (...), le cadavre de Jean de La Monnerie reposait, (...). Mme de La Monnerie entra dans la pièce, haute, le pas assuré. Elle approcha du lit, agita quatre fois le rameau de buis au-dessus de son mari, dit d'un ton de constatation : Il a bonne mine. Et ressortit.
DRUON, Les Grandes familles, t. 1, 1948, p. 51.
B.— P. ext. Bois de cet arbuste, caractérisé par sa couleur jaune, sa dureté, son grain fin, et utilisé en ébénisterie, gravure, etc. Un gros peigne de buis (BAUDELAIRE, Salon, 1846, p. 134); une coupe taillée dans le buis (LAMARTINE, Cours fam. de litt., 40e entretien, 1859, p. 283).
P. méton. Objet en buis :
4. Au moins un rustique pipeau
A-t-il chassé l'ennui de ton rocher sauvage?
Tiens, veux-tu cette flûte? Elle fut mon ouvrage.
Prends. Sur ce buis fertile en agréables sons
Tu pourras des oiseaux imiter les chansons.
CHÉNIER, Bucoliques, 1794, p. 186.
C.— P. anal. De buis. D'une matière, d'une couleur ou d'une résonance qui rappelle celle du buis. Une troupe d'enfans à peau d'ébène, d'ivoire, de buis ou de cuivre (P. BOREL, Champavert, Three Fingered Jack, L'Obi, 1833, p. 85); ces vieilles au menton de buis jaune sous leurs coiffes serrées (A. DAUDET, Sapho, 1884, p. 141); d'une voix de buis, beaucoup plus basse (L. DAUDET, Salons et journaux, 1917, p. 152).
P. métaph., fam. Tête de buis. (Quasi-)synon. de entêté, tête de bois (cf. R. MARTIN DU GARD, Le Testament du Père Leleu, 1920, p. 1142; La Gonfle, 1928, III, 3, p. 1235).
PRONONC. :[]. La forme bouis (Ac. 1798, Ac. Compl. 1842, LAND. 1834, LITTRÉ) est ancienne cf. infra.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1160-70 buis désigne le bois (THOMAS, Tristan, 1787 dans T.-L.); XIIIe s. bois (Pyrame et Thisbé, 176, ibid.), forme attestée jusqu'en 1443, Compt. du temple dans GDF. Compl.; 1680 spéc. technol. (cordonnerie) bouis (RICH.); 2. 1360 buix désigne la plante (Le propriétaire des choses, 1. 17, ch. 20 dans GAY); 1471 bouys (Inv. du roi René à Angers, ibid.); XVe s. buys benoit (Gloss. Lille, 39a dans T.-L.).
L'a. fr. bois est issu du lat. « buis » désignant d'abord l'arbuste (Ennius dans TLL s.v., 2263, 62) puis le bois (Virgile, ibid., 2263, 82) et l'objet fait en buis (Virgile, ibid., 2264, 9); v. aussi ANDRÉ Bot. Buis est issu soit de , boysus, par action fermante de y (avec peut-être infl. de buisson), soit de , forme adjectivée. Bouys (1471) est issu de buis, [] ayant dès la fin du XIIIe s. tendance à passer à [wi] (FOUCHÉ, p. 405).
STAT. — Fréq. abs. littér. :417. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 413, b) 730; XXe s. : a) 834, b) 527.
BBG. — DELAIGUE (J.). Les N. d'arbres dans la topon. de la Hte Loire. Almanach de Brioude. 1962, t. 42, pp. 156-158. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 253. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 32. — MEUNIER (J.M.). Qq. étymol. du dict. gén. de la lang. fr. (fuir, puits, buis). B. de la Sté Nivernaise des Lettres, Sc. et Arts. 1926, p. 7. — RICHTER (É.). Etymologisches. Boche. Z. fr. Spr. Lit. 1919, t. 45, p. 129. — SPITZER (L.). Span. dibujar « zeichnen » = afrz. deboisser. Z. fr. Spr. Lit. 1919, t. 45, p. 376.

buis [bɥi] n. m.
ÉTYM. 1160; bois, XIIIe; buix, 1360; bouys, 1471; anc. franç. bois, lat. buxus (→ Buxacées); buis est issu de buxus (avec p.-ê. infl. de buisson), ou plus probablt de buxeus, forme adjectivée. → Bois.
1 Arbuste à petites feuilles persistantes (Buxacées), souvent employé en bordures dans les jardins. || Buis bénit : branche de buis qu'on bénit le jour des Rameaux (→ Bénir, cit. 24).
1 Des bordures de buis rigoureusement taillées y dessinaient des cadres où se déployaient, comme sur une pièce de damas, des ramages de verdure d'une symétrie parfaite.
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, V.
2 Bien qu'il ne vît dans la nuit ni les buis ni les fusains, il devinait leur feuillage sombre par leur odeur amère.
Malraux, la Condition humaine, p. 206.
3 Maigret s'avança sans bruit, s'inclina, trempa un brin de buis dans l'eau bénite et en aspergea le cercueil.
G. Simenon, M. Gallet décédé, p. 41.
tableau Noms d'arbres, arbustes et arbrisseaux.
2 Bois jaunâtre, dense et dur, de cette plante. || Ouvrage de tabletterie, d'ébénisterie en buis. || Boule en buis, de buis. || Peigne de buis. || Sculpter du buis.
Par anal. || Couleur de buis. || « Ces vieilles au menton de buis jaune » (A. Daudet, in T. L. F.).
Fam. || Tête de buis : tête de bois, tête dure.
3 Techn. Lissoir en buis des cordonniers servant à polir les talons et le bord des semelles.
DÉR. Buiser, buissaie ou buissière, buisse ou bouisse. — V. Buisson.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • buis — buis …   Dictionnaire des rimes

  • Buis — bezeichnet: ein Segelschiff, siehe Büse Le Buis, eine Gemeinde im französischen Département Haute Vienne Buis les Baronnies, eine Gemeinde im französischen Département Drôme Buis sur Damville, eine Gemeinde im französischen Département Eure… …   Deutsch Wikipedia

  • Buis — (Le B., spr. Le Büh), Stadt im Arrondissement Nyons des französischen Departements Drôme, am Ouvèze, Seidenspinnerei, Handel mit Wolle u. Tuch; 2100 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Buis — (holländ., spr. beus), s. Büse …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Buis — (spr. beus.), holländ. Fischerfahrzeug zum Heringsfang in der Nordsee …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Buis — (holländ. Beus), Büse, ein kleines Schiff zum Heringsfange …   Herders Conversations-Lexikon

  • buis — buis·son; …   English syllables

  • buis — (bui ; l s se lie : le bui z et le chêne ; la prononciation bouis est un provincialisme et contraire au bon usage. C était l inverse du temps de Ménage, qui remarque que bouis est la prononciation de la cour et la bonne, et buis celle de la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Buis —  Pour l’article homophone, voir Bui. Pour les articles homonymes, voir Buis (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • BUIS — s. m. Arbrisseau toujours vert, dont le bois, jaunâtre et très dur, est d un grand usage dans la tabletterie. Grand buis. Buis nain. Bordure de buis. Tondre le buis.   Il se dit également Du bois de cet arbrisseau, employé à divers ouvrages.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.